Manipulation > Les fiches > Page 1: Les aerials/sauts

Les sauts (aerials)

Les aerials (lancer - rattraper) sont un domaine très particulier du balisong. Nombreux sont les flippers à qui les aerials font peur. Quant à ceux qui s'illustrent dans ce domaine, ils sont rapidement considérés comme des dérangés. De la simple ouverture lancée au passage par-dessus l'épaule rattrapé dans le dos, il existe un très large éventail de techniques dans ce domaine à part. Certaines sont très simples et avec quelques précautions de base il est possible de débuter dans ce domaine réputé plus dangereux sans risque (ou du moins sans risque supplémentaires par rapport à la manipulation plus classique).

Les spécificités des aerials

Un flippeur expérimenté développe un sens du toucher particulier. Avec un peu de pratique, on "sent" le balisong plus qu'on le voit. Cette perception est basée sur le toucher des doigts qui permet au flippeur qui y est habitué de savoir où est son couteau-papillon plutôt que de le voir. Ces réflexes, qui s'acquièrent rapidement par la pratique, permettent de s'affranchir du contact visuel tant que l'on conserve le contact avec le balisong. La rupture de ce contact est la plus grande spécificité des aerials. Elle oblige le flippeur à garder avec un balisong un contact visuel dont il se sert généralement peu. C'est pourquoi beaucoup de flippeurs se retrouvent un peu perdus lorsqu'ils débutent les aerials. Il faut donc apprendre à exploiter ce contact visuel pour estimer la trajectoire du balisong, comment lancer, quand rattraper...

Une autre spécificité est que dans sa chute, le couteau-papillon est animé d'une plus grande vitesse qu'en manipulation classique, surtout si on lance haut. En cas de raté, le choc, et les dégâts, risquent d'être plus importants. Il faut donc aborder ce domaine avec une certaine prudence.

Où et comment pratiquer ?

Les ratés, et donc les chutes, sont plus fréquents avec les aerials qu'en manipulation classique. A la longue, elles peuvent détériorer le sol et le balisong. Une bonne solution consiste à pratiquer au dessus d'un lit. La chute est moins violente et vous réduisez aussi la hauteur de chute. Veillez cependant à recouvrir votre lit avec une couverture ou un tapis pour protéger vos draps de la lame. Pratiquer à genoux peut aussi être une alternative car cela réduit de beaucoup la hauteur de chute mais présente l'inconvénient d'exposer les cuisses au balisong en vol. De plus elle réduit la mobilité.

Protégez vous ! Un couteau mal lancé peut vous frapper. Portez un pantalon et un haut qui protège les bras. En cas de contact, même léger, sur une peau nue, vous risquez la coupure alors que la lame glissera sur un vêtement résistant sans vous blesser. De même portez des chaussures. On entend souvent ce conseil et on a tendance à le prendre à la légère. Cependant, des flippeurs se sont déjà planté un couteau-papillon dans le pied lors d'une chute.

Ne lancez jamais un balisong vers vous ! Une fois lâché, le balisong reste dans un plan vertical. Veillez à ce les parties vulnérables de votre corps (tête, ventre,...) ne croisent pas ce plan. Il y a de façon générale deux façons de lancer qui vous permettront de pratiquer en sécurité.

Lancer perpendiculairement à l'axe des épaules

Lancé perpendiculaire à l'axe des épaules

Le plan perpendiculaire à celui du corps est le plus répandu. Le couteau-papillon est lancé perpendiculairement à l'axe des épaules.

Sécurité

Cette position de lancer permet, si le balisong échappe à votre contrôle, de ne pas mettre en danger ni le visage, ni le ventre. Il faut toutefois faire attention à l'axe dans lequel vous lancez, comme le montre la figure précédente. Lancer dans l'axe du visage peut s'avérer dangereux. La photo suivante montre un verre de lunette. La rayure visible sur le verre provient d'un coup de la lame du balisong lors d'un mauvais lancer sans tenir compte de la règle de sécurité précédente.

Rayures

Lancer parallèlement à l'axe des épaules

Lancé parallèle à l'axe des épaules

Ce mode de lancer est moins répandu car moins naturel. Il fait en effet appel à des muscles différents que l'on a moins tendance à utiliser.

Du point de vue de la sécurité, ce lancer est idéal. Même en cas de perte du contrôle, aucun risque que le balisong vous vole dans la figure.

2- "L'impulsion" -